L’univers des produits gastronomiques d’exception les plus chers du monde

Il n’existe pas de liste officielle des produits les plus chers au monde, luxe absolu en raison de leur rareté. Et pourtant, en faisant quelques recherches et consultations, certains produits se classent systématiquement parmi les plus chers qui soient. Ouvrez votre portefeuille pour ces mets exceptionnels !

Si l’on demande quel est le produit d’épicerie fine le plus cher qui soit, il y a de forte chance que le caviar, le homard ou encore la truffe soient les plus régulièrement cités. Mais ils sont loin d’être les seuls produits gastronomiques d’exception dont le prix peut générer un effet surprise…

Certains produits peuvent même étonner quand on les retrouve au top des aliments les plus chers de la planète. Quant au prix à payer, il n’est toujours pas la référence suprême en matière de goût, même si l’on peut penser qu’il reflète un produit gastronomique tout à fait exceptionnel.

Le caviar Almas

Un caviar unique, si l’on en croit le site du traiteur Kaviaro à Luxembourg. Kaviaro décrit le caviar Almas comme “produit uniquement par des esturgeons Albinos Beluga extrêmement rares. Almas est le caviar ultime et le plus cher du monde. Almas en persan se traduit par Diamant, se référant à un diamant non poli”. 50 grammes de ces précieux œufs, couleur or, sont vendus par Kaviaro 874€…

Le melon de Yubari

Spécialité de la petite ville japonaise de Yubari sur l’île d’Hokkaido, le melon Yubari a acquis la réputation d’être le fruit le plus cher du monde. On dit que la chair de ce melon orange vif est très croquante et rafraîchissante avec une saveur intense. Les Japonais en prennent soin comme d’un bébé… Et le fait qu’il ne soit cultivé qu’à Yubari pèse également sur son prix. Pour un melon, il faut compter entre 60€ et 100€. Mais à une récente vente aux enchères, deux melons Yubari ont atteint la coquette somme de 27 000 euros !

Le safran et la vanille

Voici deux fleurs parmi les plus chères du monde. Le safran, fruit du crocus, a une floraison et cueillette très brève. La récolte de cette épice est délicate, intense, le nombre de fleurs atteint plus de 75 000 pour obtenir un kilo de la précieuse épice. Résultat : un kilo se négocie entre 30 000 et 40 000 euros !

Vanille de France
Cultiver la vanille demande énormément de savoir-faire et de délicatesse pour un rendement faible (Photo: https://vanilledetahiti.com/la-culture).

Autre fleur tout aussi délicate au goût comme à cultiver, la vanille demande un traitement intense et méticuleux. Là aussi, le rendement est faible : 5 à 6 kilos de vanille donnent 1 kg de gousses de vanille. Celles-ci se négocient entre 350€ et 1 150 € selon la provenance, la taille et la qualité des gousses…

La truffe blanche d’Alba

La truffe blanche se développe dans des sols frais et humides. Son premier pays producteur est l’Italie, où on la cultive essentiellement dans le nord et le centre de la Péninsule, notamment au Piémont, dans les Marches, la Toscane et l’Ombrie. On la trouve également dans la région de Rome et en Calabre. C’est la ville d’Alba dans le Piémont qui a donné ses lettres de noblesse à ce champignon délicat avec une foire annuelle où se négocient les prix.

Avec une récolte en constante diminution, le prix de la truffe blanche d’Alba n’a cessé de grimper. Le kilo coûte actuellement entre 2 000 et 2 500 euros.

Risotto à la truffe blanche d’Alba (Photo:
https://www.flickr.com/photos/bluumwezi/5056633314/in/photostream/)
.

Le jambon Bellota Pata Negra Albarragena

On dit qu’il est le jambon le plus cher du monde autour de 1 500 euros le kilo. Des porcs élevés en liberté durant deux ans (le double de la normale), nourris exclusivement de glands (bellota), ainsi qu’une production limitée à 100 jambons expliquent le prix de ce jambon délicat, dont la pureté des viandes est analysée chaque année pour en constater l’ADN. Un processus d’affinage de trois ans donne cet extraordinaire jambon pour sa saveur… Et voici le jambon d’Espagne, Bellota Pata Negra Albarragena.

Le bœuf Wagyu

Encore un autre produit made in Japan, le bœuf Wagyu, dont la viande si tendre et si fondante en fait un mets exceptionnel. Wagyu signifie bœuf en japonais et désigne de fait quatre races bovines de l’archipel. Durant environ 900 jours, l’animal est nourri avec un mélange de graines et de céréales de haute qualité. L’objectif est de favoriser la graisse dans les tissus musculaires qui donne cette qualité unique à la viande.

Le Wagyu s’est cependant développé hors du Japon ces dernières années, vu l’engouement pour cette viande, qui se caractérise par des marbrures. L’Australie est ainsi devenu le deuxième pays au cheptel de Wagyu le plus élevé et une qualité de viande qui s’approche de celle du Japon selon les spécialistes.

La rareté de cette viande a son prix. Pour un kilo de viande de Kobé, l’une des appellations les plus réputées de wagyu, il faut compter jusqu’à 1000 €. On trouve des prix plus raisonnables de wagyu australien autour de 300€…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *