Une révolution végétarienne et végétalienne pour la gastronomie en Europe

DATE DE PUBLICATION

Les adeptes d’une alimentation végétarienne, voire végétalienne, sont de plus en plus nombreux en Europe. Un constat qui demande aux producteurs de s’adapter à cette nouvelle donne. Car la lame de fond du végétarien et/ou végétalien n’est pas prête de disparaître. Ce serait même le contraire, selon un rapport du smartproteinproject.

Une étude de smartproteinproject.eu, financée par l’Union Européenne, a interrogé 7 590 personnes dans dix pays d’Europe sur leurs habitudes alimentaires. Avec pour conclusion que 37% des consommateurs européens se considèrent aujourd’hui comme flexitariens, pescetariens (consommateurs de poissons et fruits de mer), végétariens et végétaliens.

En parallèle, l’enquête révèle d’autres tendances : 46% des personnes interrogées déclaraient avoir déjà réduit leur consommation de viande de manière significative. Un peu moins de 40 % des consommateurs européens ont l’intention de consommer moins de viande dans un avenir proche.

Environ 30 % des consommateurs ont déclaré avoir l’intention de réduire leur consommation de produits laitiers. Un pourcentage similaire indique avoir l’intention de consommer beaucoup plus de produits laitiers et de viande d’origine végétale. 73 % des flexitariens racontent avoir sensiblement réduit leur consommation de viande.

Néerlandais et Roumains s’affichent les plus flexitariens (c’est-à-dire consommant alternativement viandes et produits végétaux). 10% des Allemands se déclarent végétariens ou végétaliens, le plus fort pourcentage des dix pays choisis pour cette enquête. La France est dans la moyenne européenne. Ainsi, 37% de consommateurs d’une alimentation « alternative ». Si les flexitariens se trouvent dans la fourchette basse des statistiques (27%), seuls 6% des consommateurs se définissent dans l’Hexagone comme végétariens ou végans.

Habitudes de consommation en Europe (2021- en pourcentage)

(Source: smartproteinproject.eu)

50 % des flexitariens finalement considèrent que les options à base de plantes sont trop chères, tandis que 48 % aimeraient avoir plus d’informations sur les produits d’origine végétale. Près des deux tiers des flexitariens (61%) pensent que les aliments à base de protéines végétales sont sûrs. Les protéines d’origine végétales remportent la confiance des consommateurs, suivies des protéines à base de champignons et d’algues.

Menu végétal préparé par la maison d’hôtes « Au 46 en Bretagne » à Benodet (Photo : Carole Degouy-www.au-46-bretagne.fr)

Restaurants et hôtels ciblent consommateurs végétariens et végans

Toujours selon l’étude, la distribution agro-alimentaire devrait faire davantage d’efforts pour offrir des alternatives véganes aux produits traditionnels. Ainsi, dans l’étude commissionnée par smartproteinproject, 45% des flexitariens pensent qu’il n’y a pas assez de choix à base de plantes dans les supermarchés , les restaurants ou encore l’hôtellerie.

Il existe pourtant de plus en plus d’initiatives allant dans ce sens en Europe. Comme par exemple de Thomas Klein à Berlin, qui a créé une association d’hôtels spécialisés dans le segment du végétal. Veggiehotels, créé en 2011, est exclusivement dédié à des établissements purement végétaliens ou/et végétariens. L’association recense ainsi 272 Veggiehotels. On trouve 55 établissements de ce type en Italie, 54 en Allemagne, 45 au Royaume-Uni et 29 en France. En 2016, un second site, VeganWelcome, recense des établissements offrant une option pour des mets purement végétaux. Une offre qui peut atteindre jusqu’à 50% de l’offre gastronomique totale selon Thomas Klein.

En France, plusieurs sites recensent l’offre végétarienne/végétalienne. A l’instar de l’Association Végétarienne de France qui soutient par exemple le site Végécantines. Ce dernier recense quelque 80 villes ou quartiers en France proposant une offre culinaire végétale. L’office de tourisme de Paris dédie de son côté l’une de ses pages web à l’offre végétarienne.

Quant à VegOresto, il recense les restaurants ayant une offre végétarienne/végane dans l’Hexagone. Le site indique avoir plus de 3000 restaurants partenaires. Plus de 700 chefs ont relevé le défi VegOresto depuis janvier 2015 en organisant un repas de découverte végétale. VegOresto propose même aux écoles hôtelières deux modules de formation afin de sensibiliser professeurs et élèves à l’évolution des modes de consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *